abécédaire

A

W. Adorno, 1935

W. Adorno, 1935
Photo Ilse Mayer-Gehrken
© Akademie der Künste,
Archives Walter Benjamin

Theodor W. Adorno

Né onze ans après Benjamin sous le nom de Theodor Ludwig Wiesengrund, Theodor W. Adorno (1903-1969) fut dans les années d’exil un de ses interlocuteurs les plus importants.
Les deux philosophes discutaient passionnément de leurs travaux et Adorno écrivit à Benjamin d’importantes lettres critiques relatives aux Passages et au Charles Baudelaire.

Collaborateur à l’Institut de recherches sociales, Adorno prit fait et cause pour les écrits de son ami. « Lorsqu’à l’automne 1940, la nouvelle de sa mort me parvint à New York », écrivit-il, « j’eus réellement et très littéralement l’impression que par cette mort qui venait interrompre l’achèvement d’une grande œuvre, la philosophie avait été privée du meilleur qu’elle eût pu espérer. »

La réception des travaux de Benjamin depuis les années 1950 n’est pas imaginable sans Adorno qui s’engagea en tant qu’auteur et éditeur.