abécédaire

B

Ernst Bloch à Woodbury

Ernst Bloch à Woodbury, Connecticut, 1942
©Werkbundarchiv-Museum der Dinge, Berlin

Ernst Bloch

Ernst Bloch (1885-1977) et Walter Benjamin nouèrent à partir de 1919, sur la base d’intérêts communs, une relation amicale complexe et ambivalente.

Admirateur critique des écrits de Bloch (Thomas Münzer, Héritage de ce temps ou L’esprit de l’utopie, ouvrage qui le marqua fortement et dont il fit une recension perdue), W. Benjamin gardera toujours à l’égard d’E. Bloch une forme de distance redoublée par l’angoisse du plagiat.
Bloch salua de son côté la parution de Sens unique qui l’influença fortement, son rapport au surréalisme, non sans émettre des réserves sur l’attrait de son auteur pour le XIXe siècle. Leurs approches du marxisme comme du messianisme marquèrent des discussions qui ne furent pas sans encourager W. Benjamin dans son cheminement vers le communisme radical.
En 1926, ils visiteront ensemble Paris, voyageront à Marseille, Sanary-sur-Mer et Menton. Ils se retrouveront brièvement encore à Paris en 1935, tous les deux exilés.

Apprenant la mort de W. Benjamin, E. Bloch confiera à Adorno être resté muet pendant cinq jours, pleurant l’ami inoubliable.