visite de l'exposition

Parcours 2

Écrivailleries en pièces et fiches / Rassemblement et dispersion

C’est dans sa double signification que le mot « verzetteln » s’applique aux écrits posthumes de Benjamin. Ce verbe renvoie tout d’abord à la « dispersion », à la « perte » ou au « morcellement » auxquels Benjamin fut confronté en tant qu’auteur indépendant, constamment détourné de l’essentiel par ses « écrivailleries en pièces et fiches ».
Les manuscrits de l’exilé — des centaines de fiches, souvent constituées par des versos de lettres, de formulaires ou de titres de transport — furent dispersés à travers le monde.

D’autre part, « verzetteln » évoque un mode de travail et de documentation à travers lequel un matériau homogène se trouve dissocié en fiches isolées ou à l’intérieur de fichiers. Benjamin était conscient du potentiel créatif des boîtes à fiches et des cartothèques.
Il arrangeait les textes selon le principe d’un jeu de construction, en découpait certains éléments pour les recoller selon une autre configuration, avant même que les programmeurs informatiques n’aient introduit le « copier-coller ».